Niveau : Confirmé

Panel d'administration DTC

Installation de DTC, un panel d'administration web, ftp, mail, mysql et dns.

Tutoriel par (Alsacréations, Strasbourg)
Créé le , mis à jour le (95452 lectures)
Tags : développement, serveur, dtc, panel

DTC

Avertissement : ce tutoriel est toujours d'actualité, cependant nous conseillons désormais l'installation du panel ISPConfig, qui est tout aussi simple à mettre en place et à utiliser.

DTC

DTC, alias Domain Technologie Control, est un panel d'administration web pour serveur Linux, développé par GPLHost sous licence GPL.

Il permet de gérer les configurations relatives à l'hébergement de plusieurs domaines sur un serveur web, ainsi que les sous-domaines, zones DNS, comptes e-mails, comptes FTP, bases MySQL des utilisateurs hébergés. Il supporte Bind, MySQL, Apache, PHP, qmail, Postfix, Courier, Dovecot, Proftpd, Pure-ftpd, Webalizer, Awstats, Amavis, Spamassassin, Clamav (anti-virus mail), phpMyAdmin et reste très extensible. Il intègre des scripts de backup et de statistiques graphiques (charge serveur, trafic). Il est traduit dans différents langages, dont le français et remplace avantageusement VHCS, ISPConfig, voire Plesk.

DTC

Installation

Vous pouvez télécharger les sources de DTC, utiliser GIT, ou bien simplement installer les paquets Debian, en ajoutant les dépôts au fichier /etc/apt/sources.list :

  • Pour Debian Etch 4.0 : echo 'deb ftp://ftp.gplhost.fr/debian/ etch main' >> /etc/apt/sources.list
  • Pour Debian Lenny 5.0 : echo 'deb ftp://ftp.gplhost.fr/debian/ lenny main' >> /etc/apt/sources.list

Pour l'installation de Clamav et Spamassassin, il est nécessaire d'ajouter les dépôts volatile de la même façon :

  • Pour Debian Etch 4.0 : echo 'deb http://volatile.debian.org/debian-volatile etch/volatile main contrib non-free' >> /etc/apt/sources.list
  • Pour Debian Lenny 5.0 : echo 'deb http://volatile.debian.org/debian-volatile lenny/volatile main contrib non-free' >> /etc/apt/sources.list

Procédez à la mise à jour de la liste des paquets disponibles :

apt-get update

Sous Debian Lenny 5.0, il est possible de restreindre la liste des paquets à installer car par défaut sont aussi sélectionnés ceux qui sont recommandés. Editez vi /etc/apt/apt.conf et ajoutez

APT
{
Install-Recommends "false";
}

Pour obtenir un niveau de détails plus confortable à l'installation, lancez dpkg-reconfigure debconf puis choisissez Dialogue en interface et Ignorer les questions de priorité inférieure à : intermédiaire. Cela vous permettra de contrôler plus finement la configuration, dont le sous-domaine choisi pour l'accès au panel.

Puis installez le paquet dtc-toaster qui correspond à l'utilisation la plus courante. Il retirera le paquet exim si celui-ci est présent, et installera (entre autres) Amavis, Apache, Awstats, Clamav, Courier (imap, pop, ssl), PHP5 (lib pour Apache et cli), MySQL, PhpMyAdmin, Postfix, PureFTPd, Spamassassin, Suirrelmail (remplaçable par Roundcube), Webalizer et bien d'autres dont la liste sera mentionnée pour confirmation. Si vous désirez utiliser des paquets spécifiques (Proftpd à la place de Pureftpd), installez-les au préalable.

apt-get install dtc-toaster

Vous devrez répondre à quelques questions, voici des suggestions de réponses.

Par défaut, DTC tentera de s'installer en tant que sous-domaine de votre domaine principal. Par exemple http://dtc.alsacreations.com/. Vous pouvez parfaitement l'installer en tant que sous-sous-domaine, tel que http://dtc.kiwi.alsacreations.com/, il suffit pour cela de répondre kiwi.alsacreations.com à la question relative au Nom de domaine.

Courier et Postfix
Faut-il créer les répertoires nécessaires à l'administration web ? Non
Type du serveur de courriel MTA ? postfix
Souhaitez-vous utiliser le système de courriel Cyrus ? Non
Type de configuration ? Site Internet
Nom de courrier ? test.alsacreations.com (votre hostname FQDN)
Génération de certificats : OK
MySQL
Choisir mot de passe root MySQL : indiquez votre choix
Faut-il automatiquement créer un identifiant MySQL ? Oui
Apache
Version d'Apache à configurer ? 2
Faut-il utiliser des hôtes virtuels avec traduction d'adresses ? Non (sauf si vous êtes derrière un NAT)
DTC
Nom de domaine ? Indiquez le domaine ou sous-domaine principal à administrer. Dans notre exemple il s'agira de alsacreations.com
Sous-domaine du panneau de contrôle principal de DTC ? Indiquez le sous-domaine qui permettra d'accéder au panel. Dans notre cas il s'agira de dtc pour obtenir en adresse finale http://dtc.alsacreations.com/
Identifiant de l'administrateur du domaine principal ? Choisissez le login administrateur pour ce panel.
Mot de passe de l'administrateur du domaine principal ? Choisissez le mot de passe principal qui vous permettra d'accéder au panel.
Faut-il créer un certificat SSL pour DTC ? Oui
Phrase secrète pour le certificat de DTC ? Laissez faire votre imagination...
Code pays, ville, organisation ? Répondez comme bon vous semble.
Chemin d'accès des domaines hébergés ? Choisissez le répertoire devant stocker les différents sites. Par défaut il s'agit de /var/www/sites (qui contiendra ensuite des sous-répertoires par domaine).
Chemin pour l'environnement fermé d'exécution (chroot) ? Par défaut /var/lib/dtc/chroot_template
Omettre les appels à mknod lors de la création de l'environnement fermé d'exécution ? Non
Liste de serveurs DNSBL ? Laissez par défaut, ou référez-vous au tutoriel sur Postfix.
Caractère d'extension des adresses locales ? +
Nom du sous-domaine pour le serveur MX ? mx si vous avez configuré mx.votre_domaine.com ou autre valeur correspondant à votre zone DNS, ou rien pour utiliser le nom de domaine courant indiqué précédemment
Interfaces réseaux à surveiller ? eth0 ou selon votre configuration

Pour finaliser l'installation, exécutez le script /usr/share/dtc/admin/install/install

Celui-ci générera les fichiers de configuration. Il est possible de l'exécuter une nouvelle fois à tout moment pour rétablir les paramètres par défaut choisis lors de l'installation des paquets.

Si vous souhaitez modifier cette configuration, utilisez la commande dpkg-reconfigure dtc-toaster (ou dpkg-reconfigure dtc-postfix-courier si cela ne marche pas, même pour la configuration globale) puis exécutez à nouveau le script /usr/share/dtc/admin/install/install.

Configuration

Connectez-vous sur l'interface d'administration via le sous-domaine choisi lors de l'installation. Par défaut cela devrait ressembler à http://dtc.votre_domaine.tld/. Si vous gérez vos zones DNS chez un registrar externe (Gandi, OVH...) n'oubliez pas d'ajouter ce sous-domaine (par défaut dtc) à la zone de votre domaine. Utilisez le login dtc et le mot de passe choisi précédemment.

Si le sous-domaine est incorrect ou si DTC s'est attribué dtc.votre_domaine.tld alors que celui-ci n'est pas disponible sur ce serveur (ou pas encore configuré dans la zone DNS), utilisez l'adresse directe https://www.xxx.yyy.zzz/ (en remplaçant bien sûr par votre adresse IP).

Complément

Si le message d'erreur failed to setlocale apparaît dans le panel d'administration, exécutez dpkg-reconfigure locales et cochez fr_FR ou en_US + en_US.UTF-8 puis exécutez locale-gen et relancez Apache (/etc/init.d/apache2 restart).

Si vous n'arrivez pas à vous connecter à pure-ftpd et obtenez le message Can't exec "/usr/sbin/pure-ftpd": No such file or directory at /usr/sbin/pure-ftpd-wrapper, éditez vi /usr/sbin/pure-ftpd-wrapper et modifiez les lignes ci-dessous :

my $daemon = '/usr/sbin/pure-ftpd-mysql';
my @capabilities = @ARGV;
#if ($ARGV[0]) {
#  $daemon = "$daemon-$ARGV[0]";
#}

Par défaut, il est possible que DTC ne configure pas de mot de passe MySQL pour l'administrateur root. Ce n'est pas une faille en soi car il ne peut se connecter qu'en local sur la machine, mais il est tout de même recommandé de sécuriser l'installation avec le script mysql_secure_installation.

Le modèle de page installé par défaut pour un nouveau domaine se situe dans /var/lib/dtc/etc/template, vous pouvez le personnaliser comme bon vous semble.