Webdesign

Tendances Web Design 2016

Article par (DA 360 - Concepteur graphiste, Paris)
Créé le , mis à jour le (58719 lectures)
Tags : design, webdesign, tendance

La fonction première du design est d’améliorer l’expérience que l’on a d’un produit ou d’un service. Le web design n’est pas (que) décoratif, il fait le lien entre les technologies et nous. Les nouveautés high-tech seraient plus difficiles d’accès sans l’ergonomie, le style, l’esthétique…

Si les modes sont fugaces, les tendances répondent à des problématiques spécifiques.

Les évolutions web design sont liées aux innovations technologiques qui induisent de nouveaux usages. De fait, certains cycles peuvent durer quelques années.

En 2007, l’iPhone avait changé les habitudes avec iPhone OS, qui simplifiait la transition vers la mobilité en s’inspirant des objets de la vie réelle (skeuomorphisme*). Relayé par l’interface plate de Windows 8, plus adaptable et synthétique (flat design). Le web design a connu plusieurs mues avant de devenir adulte et de proposer des interfaces tournées vers l’avenir.

Aujourd’hui, la relève est à chercher du côté des objets connectés. Les interfaces modernes ont été pensées pour s’adapter aux usages à venir. Comme par exemple Windows 10 qui se décline sur tous types d’appareils, ou watchOS sur Apple Watch qui s’inspire d’iOS.

L’oeil humain ayant ses limites, les autres sens sont mis à profit, comme la perception haptique (toucher actif). Mais la fonction qui présente le plus fort potentiel est le langage verbal. L’avenir du web design passera par la parole. Nous sommes des êtres communicants et les assistants vocaux progressent un peu plus chaque année. Associés au cloud et à l’intelligence artificielle, ils nous permettrons d’interagir de façon pointue et prédictive.

* Skeuomorphisme : représentation réaliste de la fonction par l’objet qui la réalise dans la vie réelle.

Je développerai les tendances web design 2016 en 10 points. Toutefois, il est nécessaire de prendre un peu de recul. Il ne s’agit pas ici d’un guide exhaustif à appliquer à la lettre. Si j’essaie de garder une approche objective basée sur les faits et les annonces, il reste une part de subjectivité. Libre à chacun de s’y projeter ou d’aller à contre courant.

GAFAM design

Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft and followers…

Flat design, style minimal, grilles dynamiques, responsive, news feed*, data design, images métaphoriques, en plein écran, mise en scène de la typographie, monopage adapté au tactile, permettant de développer un discours, de raconter une histoire… Ce sont les grandes lignes du web design actuel qui se sont imposées au fil des ans (voir Tendances Web Design 2015).

La toile est un laboratoire avec des millions de chercheurs. Tout y est testé, expérimenté. Seul ce qui fonctionne reste pour finir par être récupéré et s’imposer.

Aussi, en quelques années, nous avons assisté à la montée en puissance de quelques start-ups et entreprises high-tech, dont les GAFAM sont devenus l’emblème. Les GAFAM et les «followers» (NATU, Twitter, LinkedIn, Adobe… ), ont réussi, à force d’innovations et d’acquisitions, par dominer le web mondial.

Pour ces entreprises, le design est souvent vital. Si Apple a longtemps dominé, la donne a changé au fil des ans avec le succès de l’interface flat de Windows, et plus récemment, Material design qui a optimisé pour la mobilité l’ergonomie et l’esthétique. Faut-il préciser que face aux milliers de designers Apple, Google et Microsoft, qui captent les tendances pour nous les resservir à leur manière, le monde n’a qu’à bien se tenir ?

Le succès de Material design semble légitime. Son style semi-flat, ses couleurs vibrantes, ses effets de profondeur naturelle (papier découpé, dégradés, ombres… ), sa grille qui mise sur les motifs «carte», ses animations et ses transitions fluides, assurent un résultat efficace. Moins radical que Windows 10, plus ouvert qu’iOS, Material design soigne le style, notamment sur Android. Cette approche devrait durer un moment, même si Google pourrait lui apporter des retouches cosmétiques.

Du côté des wearables**, c’est watchOS qui mène la danse. Le système d’exploitation de l’Apple Watch inspire fortement la concurrence. Par exemple, Tizen, sur Samsung Gear2. L’OS Apple fait la part belle aux pictos et à la data visualisation dans un style flat décliné d’iOS. Il marque aussi le retour du skeuomorphisme pour certaines fonctions, par exemple pour imiter le cadran d’une montre réelle. Le flat et le skeuomorphisme complémentaires ?

Si les règles érigées par les GAFAM peuvent être perçues comme une uniformisation du web design, elles peuvent aussi être saisies comme une chance de se démarquer, en assistant les designers sur les points ergonomiques et techniques. Le challenge pour les web designers sera d’être suffisamment créatifs, pour ne pas se transformer en simples petites mains des géants de la Silicon Valley.

* News feed : fil d’actualités (Facebook… ).

** Wearable technology : technologie portable sur soi (accessoires connectés… ).

360°

Post-responsive design

On pouvait penser qu’un site web responsive était au top de la vibe. C’était faire peu de cas des applications, des wearables, de la télévision, des voitures connectées, de la domotique… qui correspondent à de nouveaux usages.

Après la tendance «mobile first», vient «app first» !

Les applications web, hybrides ou natives* sont toujours plus populaires et simples à mettre en place. Elles renforcent l’expérience entre la marque et l’utilisateur : (fav)icône de lancement toujours accessible, fonctions natives, offline, géolocalisation, push, notifications…

Aussi, on assiste à la diversification des systèmes d’exploitations : Android Auto/Wear/TVTizentvOSwatchOSwebOSWindows IoT… Le travail du designer sera de mettre en place des identités visuelles suffisamment fortes, pour pouvoir se décliner sans se diluer, sur tous types de supports, du print au numérique. Une approche design à 360°.

* mobizel.com : «WebApp, application hybride, native... quelle est la différence?».

UX first

Expérience utilisateur, l’efficience d’abord

La fonction première du web design est d’optimiser l’expérience utilisateur (UX). L’apparence du site ou de l’application, son ergonomie, sa crédibilité, son efficacité, sa simplicité, son accessibilité pour les personnes handicapées, son référencement… doivent être centrés sur l’utilisateur*.

Aussi, le design sera plus crédible s’il communique des valeurs authentiques. Engagement, éthique, qualité, créativité, liberté, partage, respect, transparence… À chacun de définir ses valeurs, sans tricher. Sous peine d’y perdre sa légitimité.

* Customer-Centric Web Design : conception centrée utilisateur.

Smart data design

Le smart data design s’inscrit dans l’information et l’action

Les big data sont parfois inexploitables... Avec les smart data, on filtre les données de façon ciblée (recherches internet, géolocalisation, applications mobiles, jeux, capteurs, réseaux sociaux... ). Les smart data impliquent un design personnalisé, dynamique et intuitif pour l’utilisateur.

La data-visualisation permet d’exprimer la pertinence de l’analyse des smart data, dans le but d’informer et d’aider à la décision. Par exemple, suivez avec précision votre activité physique, observez votre évolution afin d’agir en fonction de vos résultats.

D’une façon générale, le data design devient incontournable, en particulier sur les petits écrans. Il sera plus synthétique et stylisé (wearables, mobiles… ) et sera mixé avec les animations, les photos, la vidéo… (data motion).

Print 3.0

De Gutenberg à Google, le print réinventé

Les CSS3 et les bibliothèques de polices en ligne (Google FontsTypekit… ), ont libéré la typographie. On a assisté à un retour des classiques : polices script ou style typographique international (style suisse), dont les grilles ont été adaptées pour le web. Là encore, entre print et web, la charte graphique se gère à 360°.

Les journaux incitent leurs lecteurs à télécharger leur app, qui favorise la fidélisation. Aussi, les expériences interactives entre papier, web et voix se multiplient (sooon).

La typographie met l’image en scène. Et réciproquement…

Serif ou sans, la typo peut aussi se substituer à l’image, par exemple dans le header. Les polices sans serif, sobres et modernes ont toujours la cote. Souvent rondes, minimales ou géométriques. De nombreux sites ne choisissent qu’une ou deux polices, en jouant avec la déclinaison des tailles (accentuées), des graisses ou des couleurs. Pour les titres, les scripts avec un style artiste sont dans l’air du temps. Elles permettent d’humaniser une maquette. Tout comme les polices écrites ou dessinées à la main (stylet, papier découpé, sculpture, photomontage… ).

Explore !

Immersion totale

Préparez-vous à vivre de nouvelles expériences surprenantes et créatives !

UX et UI disruptifs, storytelling, branding, design émotionnel, design adapté au scroll et au tactile (monopage, image 100 %, vidéo, responsive, parallaxe… ), animations (motion UI*, 3D, micro interactions, rich media… ), design sonore… Tous ces éléments convergent pour offrir des sites immersifs dont la finalité sera de vous en mettre plein la vue. Avec des objectifs souvent liés au branding et au marketing.

Codés sur mesure (HTML5 + CSS3 + JavaScript), ces sites mettent à profit les effets technologiques et d’interface au service de l’histoire.

De tels sites sont coûteux. Ils impliquent des compétences de pointe en design, ergonomie, direction artistique, illustration, communication, marketing, développement… Une sorte de haute couture du web design !

* Motion UI : animation de l’interface, par addition à la typo, images, vidéos, 3D, sons…

Artiste

Retour vers l’inspiration

Face aux chartes calibrées, propulsées par les GAFAM et les «followers», beaucoup de sites finissent par se ressembler.

Certains ont décidé de s’affranchir. Ils puisent leur inspiration chez les artistes vintage, dans un style ludique, transgressif, positif et créatif. Ce décalage temporel au style élitiste apporte de la fraîcheur et de l’authenticité. Les années 70 à 90 ont la cote, qui font écho aux débuts de la high-tech. Rétro, sans la poussière. En complément, l’UI est toujours créatif, moderne, stylé, inventif et à la pointe des CSS.

Pop culture, kitsch, glitch, arty, electro, vintage, Bauhaus, minimal, rock, techno, chic, écolo, ethnique, comics…

Comme pour la tendance précédente, c’est l’image qui prime. Mais avec une approche moins geek, plus tournée vers le lifestyle et la mode.

Play again!

Gamification, le jeu se prend toujours plus au sérieux

La gamification et le serious game continuent leur chemin. La gamification transfère des mécanismes du jeu dans d’autres domaines, quand le serious game utilise les ressorts du jeu, de l’émotion, pour capter l’attention sur des sujets sérieux. Avec une intention de type pédagogique, informative, communicationnelle, marketing, d’entraînement…

On assiste à l’émergence des jeux en réalité augmentée, toujours plus immerssifs. Notamment avec les smartphones en live. Par exemple avec Ingress, développé par Google.

Les jeux en Flash qui ne peuvent rivaliser avec les applications mobiles, sont tout simplement en voie d’extinction.

Tribu

La tribu face aux réseaux sociaux

Facebook et Twitter battent des records du nombre d’utilisateurs. Revers de leur succès, ils sont devenus des vitrines institutionnelles surexposées, où manque le souffle de la fraîcheur et de la liberté. Leurs utilisateurs vont voir ailleurs pour communiquer de façon moins formelle, échanger autour d’une thématique, partager leur savoir, rencontrer leurs semblables… Les tribus se substituent aux réseaux sociaux mainstream.

Les apps anonymes et éphémères rencontrent toujours un certain succès, surtout auprès des jeunes. Toutefois, ils ne sont pas toujours fidèles, et les prétendants à la succession de Snapchat pullulent.

Les réseaux sociaux entrent en concurrence avec les blogs. Pour garder une légitimité, ces derniers doivent jouer la carte de la qualité, comme par exemple Medium, le CMS haut de gamme qui fait la part belle au texte.

IoT : internet of things*

Hyper connectés et «omnipotents»... pour longtemps

Objets connectés, vêtements, accessoires, robots, jouets, TV, lunettes, voitures, domotique, loisirs, transports, réalité augmentée, réalité virtuelle… Ils sont partout ! Rien ne peut plus les arrêter, au point que l’on parle désormais de «l’internet de tout».

Les innovations les plus intéressantes en terme de tendances sont à chercher du côté de Continuum qui transforme déjà votre smartphone en PC d’appoint ; Tesla qui nous a dévoilé son interface dédiée au pilotage automatique. Aussi, en se projetant dans un avenir proche, Magic Leap qui souhaite apporter un rendu «holographique» à la réalité augmentée, ou MindMaze qui explore déjà les interfaces dirigées par la pensée…

Ces technologies tirent souvent profit du cloud et de l’intelligence artificielle. Nos interfaces vont devenir de plus en plus communicantes et prédictives. Autant dire que nous sommes au tout début d’une nouvelle ère et que ce qui nous attend risque de surprendre les auteurs de science-fiction les plus imaginatifs.

* and everything

In : les tendances au top !

Le semi-flat, les ombres diffuses, les applications wearable, les écrans splittés, le web éthique, les sites de partage, le financement participatif, les images et vidéos en très haute résolution, le SVG, les gros plans, les panoramas, les gifographies, le noir et blanc, la bichromie, la 3D, le paiement mobile, le Bluetooth Smart (iBeacon, Proximity, Eddystone… ), le cloud…

Out : démodé, daté ou obsolète

Le skeumorphisme daté, le design glossy, le flat design old school (Holo design, long chadows… ), les selfies rétros (soyez imaginatifs), le pornfood, les interfaces et footers surchargés ou low cost, Flash, le web non éthique, les lightbox, les pop-ins, les pop-ups intrusifs, les carousels fourre-tout, les sliders sans fin, les illustrations et photos impersonnelles ou clichés (banques d’images low cost), les nuages de mots…

Le Perverted Crowdsourcing : plateformes collaboratives de travail spéculatif, basées sur un système fallacieux visant à flouer des personnes naïves.

Pour aller plus loin

Présentation mise à jour régulièrement en fonction de l’actualité.

Commentaires

Olivier C a dit le

Un article riche. Merci à son auteur.

Webyx a dit le

Article intéressent et très complet. Merci ! :)

olymp78 a dit le

Article riche et instructif qui aborde le webdesign de manière très transversale. De belles perspectives pour 2016... Merci !

fsch112 a dit le

Un grand merci pour ce document complet et judicieux !
Keep on going !

spongebrain a dit le

Merci pour vos commentaires et vos encouragements ! :-)

Je tiens à remercier une nouvelle fois Stéphanie pour son aide, Raphaël et toute la communauté des Kiwis ! Ainsi qu'Hernan pour sa contribution dans la rubrique 360°.

Je souhaite que cet article, ainsi que la présentation vous soient utiles dans la conception de jolis sites. J'ai voulu apporter une approche à la fois didactique, fluide et constructive. Sinon, il y a l'espace «Critiques» dans le forum, où on apprend beaucoup des autres, amateurs ou pros.

La présentation évoluera au fil de l'actualité pour nous mener jusqu'en 2017, voir au-delà. La date de mise à jour figure sur la première page. Vous trouverez aussi à la fin de la présentation, un petit guide des couleurs et quelques goodies.
Bonne lecture et surtout excellente année, pleine de CSS et de jolis designs ! :-)

tweetpouic a dit le

Bravo et merci pour cet article. Une question : comment remplacer avantageusement le nuage de mots (en début de présentation par exemple ?).
Merci !

spongebrain a dit le

Bonjour tweetpouic,
Chaque cas appelle des solutions différentes. Pour la navigation, vous pouvez penser aux tags, plus modernes, lisibles et intuitifs, qu'on peut retrouver sur chaque page.
Comme par exemple ici : https://medium.com/
Aussi, si le but est de montrer graphiquement un ensemble de compétences, les pictogrammes, une infographie ou la data visualisation peuvent s'avérer plus synthétiques et efficaces.

spongebrain a dit le


Aussi, si vous tenez à garder le texte, une accroche simple et synthétique pourra se substituer avantageusement à un nuage de mots agglutinés. Tout simplement. ;-)

Nilav_ a dit le

Très intéressant, c'est fou à quel point les fameux GAFAM entraînent les autres vers des règles de design. Certes, souvent pour ne pas dire toujours, c'est positif (comme tu le dis si bien, avec la flanquée de designers à bord, difficile d'aller à contre courant) et en même temps, je trouve de plus en plus que cela aseptise la créativité. Tous les sites se ressemblent et perdent en personnalité, il y a bien les jeux de typos, un peu de couleurs etc. mais on sent toujours que cela suit une tendance plus ou moins dictée par d'autres (GAFAM), d'ailleurs, dès que l'on arrive sur un site, on arrive à donner des nom à chaque chose : "Oh tu as vu, il a fait du skeuomorphisme", "Wah, son design est hyper flat"...

C'est normal, le web design est aussi un sujet qui interpelle désormais, il y a 20 ans ou même 10 ans, un site web misait tout sur son contenu. Les règles de design à l'époque était simple, pas de moyens techniques de gérer du responsive (ne parlons même pas des app mobiles - kézako ?), en même temps, pas de devices aux formats multiples, on disait juste d'avoir une largeur sous les 1000px pour tenir dans une réso 1024*768 (moins la scrollbar !) et c'est tout.

vizionsagence a dit le

Instructif, un condensé de saveurs web, l'avenir sera fait d'un mix de vieux et de récent, comme toujours avec une pointe d'imagination ;) Les tendances du webdesign...Le meilleur design est celui que l'on ne peux citer avec des termes du jargon web :p

spongebrain a dit le

Merci ! :-)

@ Nilav_
En effet, il y a 10 ou 20 ans, il y avait déjà des codes graphiques web, des sites qui copiaient sur le template du voisin, avec des styles qu'on retrouvait un peu partout. Et d'autres qui faisaient preuve d'inventivité et de créativité. Et qui sont encore source d'inspiration !
Par exemple ce site datant de 1998 (toujours dans son jus) qui est bien moins daté que nombre de sites actuels :
http://evolvedesign.com
La résolution est d'époque, mais il y a une approche qui préfigure le responsive, par exemple dans la partie Portfolio (small/large) en fonction de la taille d'écran. La home page est très réussie et étonnamment actuelle !

@ vizionsagence
Oui et non, l'expérience utilisateur par exemple concerne tous les sites.
Mais il est vrai que pour se démarquer, rien de tel que la créativité !

CASPER17 a dit le

@spongebrain
le flat design old school (Holo design, long chadows… ) est vraiment mort ?
qu'en est il du Geometric Shapes ?

merci pour l'article ;)

spongebrain a dit le

@CASPER17
Daté et assez terne, Holo design a laissé la place à Material design (qui est amené à évoluer également… ). Les long shadows plats ont été vus et revus, préférer sans, ou des effets plus naturels. Le flat design des débuts a évolué vers un style moins figé, moins radical, optimisé pour la mobilité. Il se mixe plus aisément avec d'autres influences (skeuomorphisme revisité… ). On obtient au final un design plus souple, plus hybride… Le flat design a dû se renouveler pour ne pas lasser et pour s'adapter aux usages.

J'aborde le design géométrique dans les tendances 2015.
Bien appliqué, c'est toujours d'actualité. En revanche certains effets sont usés jusqu'à la corde. Comme les fonds mosaïques triangulaires…

De rien ;-)

linfograph a dit le

Très bon article

spongebrain a dit le

Merci linfograph ! :-)

apx a dit le

I’m completely enjoying as of it and that I have you ever bookmarked to ascertain out new stuff you'll post.. Can you also check <a href="http://dewasbo88.com/index.php/user/page/our-games"> bandar bola </a>

Commenter

Vous devez être inscrit et identifié pour utiliser cette fonction.

Vous identifier (déjà inscrit)

Nouvel inscrit

Être inscrit sur Alsacréations vous permet de :

  • participer à la communauté
  • intervenir sur les actualités
  • créer des sujets sur le forum et y répondre
  • participer aux concours
  • vous inscrire à des événements tels que la KiwiParty
  • publier votre profil

Indiquez un e-mail valide pour recevoir votre mot de passe :

Votre adresse e-mail restera strictement confidentielle, ne sera ni divulguée à un tiers ni spammée.

Annonces par e-mail

Souhaitez-vous recevoir les newsletters officielles par e-mail ?   Fréquence d'envoi : tous les 3 à 6 mois, annulation possible à tout moment

En vous inscrivant, vous confirmez accepter les règles d'utilisation.

Retour à l'accueil