Validité et Accessibilité

Actualité par (Intégrateur du Dimanche, Strasbourg)
Créé le , mis à jour le (7532 lectures)

Plus ça va et plus je me dis que validité et accessibilité ne devraient plus être considérées comme des « objets autonomes » à gérer en fonction de stratégies particulières… Je vais essayer de faire court mais c'est pas facile.… Voilà comment débute une réflexion intéressante proposée par Arsène, et poursuivie par Laurent Denis sur le forum Alsacréations…

Contenus multiples vers utilisateur unique

Tout au long du siècle dernier la communication par les médias s'est globalement organisée selon le schéma « contenus multiples -> utilisateur unique ».

L'émergence chronologique de supports de communication – livres, affiches, journaux, radios, télévision, puis enfin Internet – délivrant chacun des messages différenciés (il va de soi que les contenus d'un spot télé, d'une affiche, d'une annonce-presse sont différents) a amené à considérer comme normal et naturel ce qui ne l'était pas : peu importait le destinataire final, c'était à lui de s'adapter.

test de lecture

Ainsi par exemple il fut admis qu'un illettré ne puisse jamais accéder au contenu d'un journal, un malade alité à celui d'une campagne d'affichage, un non-voyant à celui d'un site web ou encore un voyageur à celui de son environnement habituel.

Si la multiplicité des médias a entraîné une multiplicité de contenus, l'utilisateur en revanche est resté unique au sens où il pouvait être défini comme un individu « standard », aussi virtuel qu'idéal, doté d'une capacité de déplacement moyenne, d'une vision moyenne, d'une audition moyenne, etc., à charge pour lui, s'il n'entrait pas dans cette définition standard, de se doter d'outils d'aide et d'assistance (prothèses diverses, outils technologiques) pour accéder à ces contenus, et donc de se rapprocher ainsi de l'« utilisateur unique » tel que le définissait le schéma en vigueur.

Ainsi, ce qui n'étaient au départ que des limites technologiques (impossibilité d'agrandir les textes des journaux par exemple) sont devenues des règles (celle de lisibilité par exemple) autour desquelles se sont construits un certain nombre de savoir-faire.

L'apparition d'Internet a été prise alors comme une nouvelle pièce dans le dispositif global de communication, un outil de plus, certainement porteur de ses propres spécificités mais ne remettant toutefois pas en question le schéma global : un utilisateur « standard » équipé d'un matériel « standard» auquel l'on distribue des contenus dont la limitation technologique fait force de règle.

Ce schéma obsolète montre aujourd'hui ses limites… Elles sont parfois douloureuses : si jusqu'à présent une personne lourdement handicapée motrice pouvait, au prix d'efforts immenses, aller jusqu'à sa mairie pour retirer un document administratif, aujourd'hui, avec la dématérialisation des services administratifs, l'obtention de ce document est devenue impossible pour peu que cette personne ne puisse avoir une précision suffisante dans le maniement de la souris pour dérouler les menus du site web de sa commune… il y a donc effet inverse au but recherché et accroissement de la « fracture numérique ». Internet n'est pourtant pas en soi un média discriminant : c'est l'usage qu'on en fait et la conception qu'on en a qui le sont.

L'appropriation du web par les graphistes à la fin du siècle dernier (j'en fais partie…) et l'application de leurs savoir-faire issus du « papier » a posé une question qui n'avait pas lieu d'être : celle de la relation entre les sens d'un contenu et celui de l'aspect qu'il prend. Ceci ne signifie pas que le graphisme n'ait plus aucun rôle à jouer – un beau site sera toujours plus attractif qu'un autre – mais que l'aspect que prendra le contenu doit aujourd'hui être abordé indépendamment de sa conception et de sa structuration. Là réside toute la maturité de l'outil, maturité qui reste à créer.

Contenus multiples vers utilisateurs multiples

Contrairement aux médias historiquement antérieurs, Internet n'a pas encore de limites technologiques connues. La conséquence est que l'ancien schéma « contenus multiples -> utilisateur unique », historiquement lié aux limites technologiques des différents médias, peut s'inverser pour se rapprocher de la communication humaine et sociale, établie elle selon le schéma « contenu unique -> utilisateurs multiples ». En effet, nous ne dirons pas telle ou telle chose de la même façon à telle ou telle personne puisque l'environnement social et humain est à chaque fois différent : nous tenons compte de notre interlocuteur, de son statut, de ses capacités, de ses connaissances, de la relation qui nous unit ou nous sépare, etc.

W3C

En d'autres termes, et pour en revenir à Internet, si le schéma antérieur plaçait l'outil-média au centre d'un schéma de communication où le destinataire n'avait qu'à s'adapter, le schéma moderne envisage quant à lui de remettre l'utilisateur au centre, dans une vision pleinement humaniste de l'outil. Cela signifie qu'un site n'est plus aujourd'hui conçu comme un affichage d'informations dont le sens est porté par la mise en forme ou la mise en page, mais plutôt comme une structuration particulière de contenu dont le destinataire seul – votre visiteur – détient le choix de l'aspect final.

Concrètement et pratiquement, cela signifie que quels que soient les choix que celui-ci opère (au niveau des outils à sa disposition : ordinateur, PDA, téléphone portable, etc. ou de son mode de vie : utilisateur nomade ou sédentaire) ou contraintes qu'il subit (handicaps invalidants) un contenu doit rester consultable sans altération de sens même s'il y a altération d'aspect, ce dernier dépendant de l'appareil technique qui le restituera. C'est le rôle de CSS de contrôler ces altérations d'aspect.

Les navigateurs modernes autorisent de la part de l'utilisateur de profondes modifications de l'aspect général du contenu. Ces modifications ne sont pas à prendre comme des contraintes dommageables dont on doit plus ou moins tenir compte, mais au contraire comme une avancée majeure vers un Web devenu plus mature, c'est-à-dire investi de toute la puissance de ses possibilités et dégagé des limites historiques dans lesquelles il était circonscrit.

L'internaute d'aujourd'hui n'est plus en demande d'une communication verticale (le message vient à lui sous une forme donnée) mais bien d'une communication horizontale : il trie le contenu, le choisit, le gère, l'organise, en choisit l'aspect, intervient ou pas sur celui-ci, le sauvegarde ou pas, l'imprime ou pas, bref : il le restitue à sa convenance.

Le patch « accessibilité » ?

La pertinence et la justesse du schéma « contenu unique -> utilisateurs multiples » est ainsi démontrée : il n'y a plus aujourd'hui un seul utilisateur standard et virtuel, mais autant de personnes différentes consultant différemment un même contenu sous des configuration différentes et en fonction de critères individuels qu'on ne peut ni ne doit anticiper.

C'est la raison pour laquelle le « discours d'accessibilité » me laisse de plus en plus dubitatif. Je n'ai pas à tenir compte (en théorie du moins) des spécificités de tel ou tel type d'utilisateur puisque c'est à lui que revient la prise en charge d'un mode de restitution de contenu conforme à ses attentes et besoins.

Plus ça va et moins je crois en l'accessibilité/validité comme démarche autonome. Envisager l'une comme un patch à rajouter à un site conçu en deçà de cette approche et l'autre comme un « plus technologique » me paraît (peut-être) commercialement jouable, mais totalement à côté de la cohérence de l'outil.

La grosse difficulté n'est pas de « vendre du site valide/accessible » à nos clients, mais de leur vendre un média utilisé rationnellement.

L'accessibilité ne consiste justement en aucun cas à tenir compte des spécificités d'un utilisateur, aussi respectables soient elles en raison de son handicap particulier.

L'accessibilité consiste à l'inverse, à la manière du Web sémantique, à rendre l'information accessible et manipulable par la machine normalisée (nous ne normaliserons pas les handicaps, Dieu merci, mais nous pouvons normaliser les périphériques et les aides techniques). De la sorte, l'utilisateur peut s'assumer, qu'il soit handicapé, nerd ou vieux boulet.

L'accessibilité est justement au cœur de la démarche « contenu unique -> utilisateurs multiples », quitte à devoir aujourd'hui abandonner quelques illusions de prêt-à-porter accessible immédiatement séduisantes et très correctes, mais erronées sur le fond.

Faut-il ajouter que le pari économique d'une accessibilité patch est un suicide ?

Billet émanant du forum et d'une discussion de Arsène et Laurent Denis remaniée par le Collectif Alsacréations.

Commentaires

k-ny a dit le

Merci pour cet article interessant.

Pour le patch, moi j'y crois que très moyennement, car si l'on pense de cette façon à la base c'est que l'on est par prêt à "penser" accessibilité. Vaut mieux le prendre à la racine, dans le cahier des charges du site.

Par contre là où je comprend que très peux de sites soient reèlement accessibles (le mien en premier) c'est que la gestion de l'accessibilité par les differents navigateurs peux aussi ètre catastrophique !

En fait si les standarts du web etaient mieux implantés dans les technologies de sortie (pc, pda, lecteur d'ecran...) et bien les webmaster se decourageraient moins vite à essayer de faire un site bien comme il faut.

Moi je pense que si l'on se donne un peu de temps, cette tendance va s'attenuer pour nous rapprocher de ce que devrait ètre le web "accessible".

Laurent Denis a dit le

> L'envisager l'une comme un patch à rajouter à un site conçu en deçà de cette approche et l'autre comme un « plus technologique » me paraît (peut-être) commercialement jouable, mais totalement à côté de la cohérence de l'outil.

J'ai dû vouloir dire ou écrire: "Les envisager", je crois... ;)


En revanche, et sans rapport: c'est bien la dernière fois que je me soumets aux questions exaspérantes de l'anti-spam. Totalement dissuasif, ce machin.

Raphael a dit le

@Laurent : "Totalement dissuasif, ce machin."

-> Pour les robots, oui. Tu ne devines même pas à quel point ! :)
Pour les "humains", c'est sans-doute (un peu) plus gênant, mais malheureusement indispensable. Pour info, il m'arrivait de revenir de week-end avec des 100aines de messages de spam sur un billet de blog.

Ps : j'ai corrigé l'erreur, qui vient d'ailleurs juste d'être signalée par Arsène.