La balise magique du référencement

Actualité par (Intégrateur du Dimanche, Strasbourg)
Créé le , mis à jour le (16581 lectures)

Je me balladais insouciamment sur quelque forum de webmaster et j'y trouvais par hasard une question sur le référencement.

C'est là que j'y trouve une référence à un article [fr] sur la balise H1, baptisée la "balise magique du référencement".

Et là, ça fait peur...

Dans mes cartons, un ancien billet parle d'une utilisation détournée de la sémantique pour s'adapter à Google et aux moteurs de recherche.

Mais là c'est le comble : H1 y est présentée tout simplement comme la balise faite pour être mieux référencé.

Quelques morceaux choisis :

<h1>Balise magique</H1>

On aurait pu mieux commencer, tant qu'à faire en choisissant une syntaxe logique : soit la balise en majuscule pour les nostalgiques de HTML, soit en minuscule pour les puristes XHTML, mais un mélange des deux est un peu hasardeux.

Endehors de la balise meta name="positionning"

Un article censé connaître un minimum les bases du référencement utilisant des meta tags inventées et dont aucun moteur (à part celui que votre frère a développé dans son garage) ne tient évidemment compte : voilà qui commence à être intéressant !

il existe la balise H1, qui est certes pas très belle, mais plustot efficace.

Aïe ! Là ça fait déjà très mal. C'est quoi une "balise belle" ? C'est étonnant que l'auteur ne sache pas que cela n'a pas vraiment de signification et que la mise en forme se gère par les styles CSS, d'autant plus qu'un billet sur le même site prône les Standards.
Une balise n'a pas à être "belle" mais à donner de la structure ; les CSS sont là pour rendre une balise "belle".

Cette balise correspond à l'entête d'un paragraphe dans la structure d'un document.

Non, il s'agit d'un titre de niveau 1 et n'est pas obligatoirement lié à un paragraphe.

En utilisant celle ci efficacement, vous pourrez a coup sur être bien classé

Traduction : n'utilisez pas H1 pour désigner un titre principal, mais pour être bien référencé dans les moteurs de recherche.

Malheureusement, le lien vers la suite de l'article (qui commençait de façon fort croustillante) mêne sur un site apparemment inexistant.

A vos trolls !