Quid d'Amaya ?

Actualité par (Intégrateur du Dimanche, Strasbourg)
Créé le (7059 lectures)

Au commencement (ou presque)... étaient Norton Netscape et Internet Explorer. Leur guéguerre s'enlisant enfin, ils laissent derrière eux de nombreux rejetons...

De nos jours, les navigateurs (butineurs, fureteurs, browsers, comme vous préférez) pullulent : Netscape, Explorer, Mozilla, Firefox, Opera, Safari, Lynx, Galeon, Konqueror, K-meleon, Camino, Ghostzilla, Omniweb, Hotjava, Icab, Mosaic, Epiphany, Shiira, etc... (voir une liste exhaustive [en]).

Quel intérêt ?

Pourquoi tant de navigateurs ? Pour certains, l'intérêt est évident : Pour Netscape et Explorer, l'objectif est financier (pour ce dernier, il s'agit même d'assouvir un monopole).
Pour Opera, l'intérêt est mercantile également : la version gratuite impose des bandeaux publicitaires, il faut payer pour les voir disparaître.

Tous les autres sont apparemment gratuits, freeware et/ou opensource et n'offrent pas d'alternative payante. De plus, tous les autres "collent" chacun du mieux possible aux Standards internet.

Alors pourquoi cette profusion ?

Quid d'Amaya ?

Amaya [en] est le navigateur made-in W3C.

Vous ne le connaissiez pas ? Et pourtant il est gratuit, rapide, simple à utiliser [fr], en version multilingue (dont française) et, par définition, très conforme aux Standards.

Amaya

Alors, pourquoi autant de désintéressement par rapport à ce navigateur qui semble posséder toutes les qualités pour un développeur ? Eh bien en fait, je n'en sais rien.

Pourtant, Amaya ne date pas d'hier : le projet a débuté en 1996, il en est à la version 8.5 [en] et il eût été logique de l'adopter comme navigateur standard par défaut plutôt que de s'éparpiller à créer de nouveaux butineurs chaque année (mois?).

Eparpillement

Cette multiplication inutile renforce le monopole des navigateurs les plus anciens (pas forcéments les meilleurs mais mieux ancrés dans les habitudes) et discrédite les nouveaux projets : même s'ils offrent des fonctions parfois novatrices, ils sont occultés de fait.

De plus, même si les nouveaux navigateurs sont de plus en plus conformes aux Standards, il n'en demeure pas moins que leurs interprêtations sont parfois différentes, déficientes ou simplement buggées... on ne va pas se mettre à tester sur tous les navigateurs existants.

Beaucoup de questions qui restent donc en suspens, en attendant que des personnes plus érudites que moi sachent m'expliquer le pourquoi du comment...